Wastelands est une histoire plutôt simple et qui devrait pas être très longue. Elle joue beaucoup sur les personnages plus que sur l’intrigue qui n’est pas très solide. C’est quelque chose de très ado, dans le sens où tous les personnages le sont et ça part jamais très loin. Ce serait pas mal pour un manga par exemple.

A la base, c’était une sorte de guerre entre deux camps d’ados aux pouvoirs magiques. Puis j’ai changé d’idée. Mais pour le moment, je vous mets juste l’introduction que j’avais rédigée pour annoncer la couleur. Je vous mettrai plus tard des éléments sur les personnages importants, l’histoire en elle-même ou des détails comme la configuration des lieux que j’avais imaginée. Et ensuite, je vous donnerai un aperçu de ce que cette histoire est devenue. Toute critique constructive est la bienvenue!

 

Les Wastelands. Voici le surnom donné à la zone de confinement des survivants de l’accident du 27/08/20##. C’était un ancien complexe, bâti sur une île isolée par une entreprise privée quelconque. Il rassemblait bureaux, espaces d’habitation et un ersatz de centre ville comprenant un café restaurant, un bar et un cinéma, pour empêcher les employés et leur famille de sombrer dans la dépression. C’était des murs gris, des néons froids, des bâtiments aux lignes dignes des plus beaux jours de l’URSS Et tout ça pour accomplir un seul objectif : la recherche d’une nouvelle ressource face aux pénuries croissantes des énergies fossiles. Avant l’accident, ingénieurs, scientifiques et techniciens travaillaient de concert dans l’unique but de trouver la source d’énergie de demain. Un bel idéal mais un bien triste projet qui ne pouvait donc déboucher que sur une bien triste fin. Ladite fin eu lieu le 27/08/20## sous la forme d’une explosion qui ravagea le cœur des bâtiments et libéra une onde de choc brisant la moindre parcelle de verre présente sur l’île. Tous les habitants furent touchés par les retombées chimiques avant de pouvoir être évacués. Seuls les plus jeunes enfants survécurent, pour une raison inconnue. Seul point positif des événements, une tempête violente empêcha les particules de se répandre en dehors de l’île, tout en gênant l’arrivée des secours.

Depuis, l’île fut placée en quarantaine et interdite d’accès. La végétation envahit peu à peu les lieux et la nature reprit ses droits. Du moins pour quelques années. Une dizaine d’années après le drame, un incident à priori anodin allait tout changer. Ce qui paraissait au départ n’être qu’un énième fait divers impliquant des mineurs délinquants allait bien vite défrayer la chronique. Le jeune Pierre, 11 ans, pensionnaire de l’établissement Les Lilas, internat accueillant un grand nombre d’orphelins et d’enfants retirés à leurs parents, fut entraîné par ses aînés dans le braquage d’une bijouterie. Au delà des éternelles discussions sur la justice des mineurs, le débat s’enflamma lors de la révélation de la vidéo prise par une caméra de surveillance au moment des faits. On y voit un enfant briser une à une les vitres des étalages d’un seul regard avant de se tourner vers la caméra, et là écran noir. Une note indique que la caméra fut retrouvée brisée elle aussi. Une fois l’authenticité de l’enregistrement avéré, la même question apparut sur toutes les lèvres : Comment ? Notant l’origine de l’enfant, un complexe insulaire abandonné depuis longtemps, un journaliste fit le lien avec une série d’événements passés plutôt inaperçus. Pour n’en citer qu’un, il parla de la « petite sirène du Gard ». Une petite fille avait miraculeusement survécu après être tombée dans le fleuve, on l’avait retrouvée plusieurs kilomètres en aval sans aucune blessure. Faut-il préciser qu’elle était elle aussi originaire du même endroit, comme tous les autres enfants des faits divers réunis par le journaliste précédemment cité ? Il avait d’ailleurs émis l’hypothèse que tous les enfants survivants de l’accident du 27/08/20## avaient développé des sortes de pouvoirs paranormaux suite aux retombées chimiques qui avaient tué leurs parents. Ce qui n’était alors que la plaisanterie d’un scribouillard inconnu allait malheureusement s’avérer être la vérité. Avec pour résultat, au bout de nombreuses péripéties inutiles à mentionner, le confinement des enfants, devenus de véritables dangers publics, sur l’île d’où ils venaient, sous contrôle, notamment militaire. D’abord pris en charge, les enfants ont été laissés livrés à eux-même au bout de quelques années après la mort d’un soldat sur l’île. Ils restent sous surveillance étroite bien sûr.

Pourquoi vous rappeler ces faits connus de tous ? Pour poser une question bien simple mais qui me taraude depuis ce triste confinement des enfants du 27/08/20##, victimes et non pas coupables d’un désordre public auquel bien peu ont participé directement. Est-ce là le sort que nous souhaitons pour des enfants dont le seul tort fut de subir une explosion qui les priva de leurs parents avant même de savoir marcher, qui les arracha à la fois à leur foyer, à leur famille, et pour certain à toute perspective d’avenir ? Voilà la question que je vous pose, dirigeants et dirigeantes, scientifiques, chercheurs et intellectuels, mais aussi à tous les habitants de notre nation qui prétend protéger chaque membre de son peuple envers et contre tout : Qui protège ces enfants ?

Extrait du discours du 4/10/20## du Pr. Berlaud à l’occasion de l’inauguration des Conférences pour la Jeunesse du 4/10/20## au 26/10/20## à l’Université de la ##### ###.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...